mardi 4 février 2014

Le ministère de l'Intérieur cherchera...

Billet rédigé par Dominique Jonkers, traducteur financier, www.jonkersandpartners.com. D'autres billets disponibles ici.

Voici une phrase reproduite dans pas moins d'une centaine de sites Internet de quotidiens,dont lesoir.be, rtbf.be, lemonde.fr, source AFP :

« Le ministère de l’Intérieur cherchera à expulser du Royaume-Uni toute personne si elle considère qu’il y a des raisons politiques ou de sécurité publique nécessitant de le faire », a ajouté un porte-parole du ministère britannique de l’Intérieur. »

Plusieurs éléments me gratouillent dans cette phrase :

1. le ministère de l’Intérieur (en particulier, la redondance « un porte-parole du ministère de l’Intérieur a ajouté que le ministère de l’Intérieur…. »
2. cherchera à
3. toute personne si
4. expulser (…) toute personne si elle considère (elle-même ?)
5. des raisons nécessitant

Trouver la citation originale est un jeu d'enfant :

"The Home Secretary will seek to exclude an individual from the UK if she considers that there are public policy or public security reasons to do so."

Reprenons dans l’ordre.

1. Le journaliste confond « Home Secretary » (le ministre) et « Home Office » (le ministère).

2. En toute *subjectivité*, je trouve que l’expression « cherchera à » manque de force. Google me trouve plusieurs phrases qui commencent ainsi : « Le ministère cherchera à établir des liens… » « Le ministère cherchera à faciliter les investissements » « Le ministère cherchera à améliorer encore l’accessibilité » « Le ministère cherchera à mesurer le niveau de fréquentation ». On est dans la tentative, la recherche, pas dans l’affirmation d’une décision sans appel.

Après tout, un ministre de l’Intérieur ne « cherche pas » à expulser ; il « fait expulser » ou il « expulse ». Il prend une décision d’expulsion, pas une décision de tentative d’expulsion…

3. Le COD « toute personne » demande à être précisé, vous ne trouvez pas ? Oublions un instant la condition et répétons la phrase : « Le ministère de l’Intérieur cherchera à expulser du Royaume-Uni toute personne. » Point. Final. Ça ne marche pas : il faut définir cette personne, cet individu qui mérite l’expulsion.

4. … toute personne si elle considère… Le seul antécédent possible pour le pronom « elle », le seul substantif féminin, c’est « personne ». Donc le ministère expulsera toute personne si elle (cette même personne) considère que c’est indispensable… ? Pas très logique.
Le journaliste a oublié que le Home Office est actuellement occupé non par *un*, mais bien par *une* ministre, Mme Theresa May, et c’est elle que désigne « she », dans la phrase initiale. La ministre, pas le ministère.

5. Des raisons… nécessitant. « Nécessiter », c’est rendre nécessaire. Une raison « qui rend nécessaire de » faire quelque chose, n’est pas tout simplement une raison « de » faire ce quelque chose ? Pourquoi tant de mots ? Si nécessaire (haha), faisons-en « une raison impérieuse de faire » ce quelque chose.

Une raison qui nécessite, c’est un peu comme une conséquence qui résulte… un pléonasme .

Comment reformuler cette phrase ? Réflexion faite, ce n’est pas si simple. La difficulté, c’est « an individual ». Comment le préciser pour que la phrase tourne rond ?

Voici ma suggestion :

« Si des impératifs politiques ou de sécurité publique l’exigent, la ministre de l’Intérieur fera expulser du Royaume-Uni quiconque lui paraît devoir l’être », a ajouté un porte-parole du ministère britannique de l’Intérieur. »

32 mots au lieu de 38. Sympa.

Ou encore

« La ministre de l’Intérieur fera expulser du Royaume-Uni toute personne indésirable pour des raisons politiques ou de sécurité publique », a ajouté un porte-parole du ministère britannique de l’Intérieur. »

29 mots au lieu de 38, soit presque -25 %. Je préfère.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire