lundi 30 août 2010

Ponctuation

Si l'auteur de l'original ponctue mal, le traducteur commet un contresens, qu'on ne peut lui reprocher.

C'est ce qu'illustre La región mas transparente, de Carlos Fuentes. A la fin du préambule, l'auteur avait sans doute écrit initialement : cuidad lepra y cólera hundida, ciudad. Et le traducteur avait bien rendu ce texte : ville lèpre et colère enfouie, ville.

Or voici le texte de l'édition publiée à l'occasion du quatre-vingtième anniversaire de l'auteur après révision par ce dernier : cuidad lepra y cólera, hundida ciudad. Ce qui se peut se traduire ainsi : ville lèpre et choléra, ville enfouie. Fameuse différence !

1 commentaire:

  1. C'est vrai que je suis souvent affolée par la mauvaise qualité initiale des textes que je suis amenée à traduire.

    RépondreSupprimer