vendredi 25 mai 2012

Le point sur la traduction automatique


Une correspondante m’a communiqué une page Web qui rend compte des prestations de divers logiciels de traduction en ligne.

Seulement, ce coup de sonde porte sur des originaux assez éloignés des textes que traduisent habituellement les traducteurs professionnels.

J’ai soumis l’original authentique suivant à trois de ces logiciels de traduction gratuits :

Furthermore, the combination of direct interventions in bond markets and flight to safety bids for high quality sovereign debts has reduced the private sector’s comfort that interest rate markets are providing a reliable assessment of the appropriate risk free rate.

Voici les traductions automatiques :

Google Translate

En outre, la combinaison d'interventions directes sur les marchés obligataires et de vol aux offres de sécurité de haute qualité pour les dettes souveraines a réduit le confort du secteur privé que les marchés de taux d'intérêt sont de fournir une évaluation fiable du taux de risque appropriée libre.

Babylon

En outre, la combinaison des interventions directes sur les marchés obligataires et vol à destination de offres de sécurité de haute qualité dettes souveraines a réduit le secteur privé est à l'aise que les taux d'intérêt sont en fournissant une évaluation fiable du rendement sans risque.

Systran

En outre, la combinaison des interventions directes sur des marchés des obligations et du vol aux offres de sécurité pour les dettes souveraines de haute qualité a réduit le confort de secteur privé que les marchés de taux d'intérêt fournissent une évaluation fiable du risque approprié évaluent librement.

Déroutés par la polysémie, ces trois logiciels traduisent mal le mot « flight ».

Convenons que le mot « bid » aurait posé un problème au traducteur humain. Il établit un lien assez obscur entre deux groupes de mots. Il fallait ne pas le traduire littéralement, ce qui est contraire à la logique de ces logiciels, qui s’obstinent à tout traduire et sombrent ainsi dans le ridicule et le non-sens. C’est normal, puisque ces logiciels n’appréhendent nullement le sens.

Le mot « comfort » pose aussi un problème, et seul Babylon semble faire une vague tentative pour ne pas traduire ce mot littéralement.

En ce qui concerne « risk free », seul Babylon s’en tire bien.

En revanche, sur le plan syntaxique, la prestation de Babylon est lamentable.

Globalement, ces logiciels offrent des traductions incompréhensibles. Du point de vue du traducteur qui souhaiterait les utiliser pour avoir un texte de départ à réviser, trop de modifications sont encore nécessaires.

La force de Google Translate réside dans une bonne traduction de formules toutes faites. En revanche, ce programme est désemparé devant un texte un tant soit peu original ou imparfait.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire