mercredi 25 mai 2011

Lutter contre le cancer du sein par l'amour

Le présent billet est la traduction d'un article rédigé en anglais par Jonathan Goldberg et publié il y a quelques jours sur ce blog.

I Love New York logo design



Le symbole représentant un cœur, utilisé pour désigner l'amour, est repris dans l'édition la plus récente de l'Oxford English Dictionary (OED) en ligne. Il s'agit de la première entrée graphique de l'OED depuis la première édition de ce dictionnaire, qui est parue en 1884. 

Graeme Diamond, le rédacteur en chef de l'équipe de l'OED chargée des mots nouveaux, a expliqué que cette entrée avait été retenue en raison de la place particulière que le 
cœur (en tant qu'organe) occupait dans le langage.

"En anglais, depuis la fin du XIIe siècle, le 
cœur est considéré comme le siège de l'amour et de l'affection", a-t-il déclaré.

L'édition en ligne du British Mail fait observer : “Autrefois réservé à des T-shirts d'un goût douteux pour touristes, le symbole du 
cœur (utilisé dans la formule "I ♥ New York", par exemple) est devenu la première entrée graphique reprise par l'Oxford English Dictionary depuis sa création il y a 127 ans.”

Entre-temps, un tribunal fédéral des Etats-Unis a rendu un jugement sur le droit des écolières de porter des bracelets portant l'inscription “I Boobies (Keep a breast)” (mot à mot "J'
♥ les nichons (tenez-vous au courant [ou préservez vos seins])")

Le mot boobies est l'un des nombreux mots argotiques anglais qui désignent les seins d'une femme. Il y a aussi boobs, tits, titties, knockers.

L'expression “Keep a breast” a deux sens : "préservez vos seins" et "tenez-vous au courant", c'est-à-dire ici informez-vous sur la prévention du cancer du sein.

Deux filles âgées respectivement de 12 et 13 ans, des écolières d'un établissement de Philadelphie, portaient les bracelets portant la mention “I boobies” pour soutenir une campagne de sensibilisation au cancer du sein. Une académie a interdit le port de tels bracelets et a suspendu les deux jeunes filles, en affirmant que ces bracelets étaient destinés à titiller et étaient de nature à distraire leurs condisciples de sexe masculin pendant les cours. Ces jeunes filles, appuyées par l'American Civil Liberties Union, ont intenté un procès à l'académie, en alléguant que leur droit à la liberté d'expression garanti par le premier amendement de la Constitution avait été violé.

Le 13 avril 2011, dans une décision qui compte 40 pages, le tribunal a statué comme suit : "Il est raisonnable d'estimer que ces bracelets constituent une forme d'expression qui a pour objet de sensibiliser au cancer du sein et d'atténuer les préjugés contre un libre débat sur la santé en tant qu'elle concerne les seins."




Note linguistique :

Selon l'Online Etymology Dictionary, le mot boobs dans le sens de "nichons" remonte à 1929. Il s'agit d'argot américain à rapprocher probablement du terme beaucoup plus ancien boobies (fin du XVIIe siècle), proche de bubby (XVIIe siècle), peut-être issu du latin puppa, qui signifie littéralement "petite fille" et donc, dans le langage enfantin, "sein". Il se peut aussi que ce soit une formation naturelle en anglais (cf. le mot français "poupe" (mamelon) et le terme d'allemand dialectal Bubbi, etc.).

Le mot anglais titillation a le même sens que le mot français correspondant et désigne donc une stimulation, qui n'a pas nécessairement un caractère sexuel. Les seins peuvent provoquer une stimulation sexuelle, tout comme la littérature peut stimuler intellectuellement. Le mot anglais titillation, qui a commencé à faire partie du lexique anglais au XVe siècle dans le sens de "stimulation agréable", provient du latin titillation[em], qui signifie "chatouillement" et est le nom qui correspond au verbe titillare, "chatouiller".  Il n'y a donc pas de lien linguistique ou étymologique entre tits (seins) et titillation ou to titillate.

Speech : bien que le mot speech désigne généralement une communication orale, la notion de free speech en droit américain englobe tous les types de communication, orale et écrite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire