jeudi 21 octobre 2010

Truthiness, mot forgé par un humoriste

Le présent article est la traduction du billet de Jonathan Goldberg qui a été publié sur ce blog il y a quelques jours.


Merriam-Webster.com a annoncé en 2006 qu’à une majorité écrasante, les visiteurs de ce site avaient couronné un néologisme utilisé pour la première fois par l’humoriste Stephen Colbert dans sa rubrique "The Word" au cours de sa première émission pour le producteur Comedy Central, en octobre 2005.  

http://www.colbertnation.com/the-colbert-report-videos/24039/october-17-2005/the-word---truthiness

 « Comme nous le prévoyions, nous avons eu quelques surprises lorsque nous nous sommes penchés sur les mots que vous aviez proposés lors de notre première enquête en ligne sur le mot de l’année... Peu après, truthiness a été désigné 16e mot de l’année par l’American Dialect Society et défini comme suit : "le fait d’être une notion ou une réalité que l’on souhaite être vraie, par opposition à une notion ou une réalité que l’on sait être vraie." »

Truthiness est maintenant un véritable mot selon The AtlanticWire.com :

« Ce dimanche (17 octobre 2010) nous célébrons le cinquième anniversaire du premier "Colbert Report", l’émission au cours de laquelle Stephen Colbert s’est présenté pour la première fois devant une caméra et a prononcé le mot truthiness


Bien que Stephen Colbert affirme avoir simplement recherché "un mot idiot qui n’ait rien de naturel", ce terme a depuis lors été repris dans le lexique de l’anglais américain. »


Pour marquer le cinquième anniversaire de l’émission au cours de laquelle Stephen Colbert a prononcé pour la première fois le mot truthiness, le linguiste du New York Times, Ben Zimmer, a consacré sa rubrique On Language du 17 octobre dernier à ce mot.


Citons-le :


“Truthiness figurait déjà dans l’Oxford English Dictionary dans l’aricle consacré à l’adjective truthy. Certes, ce mot était extrêmement rare avant 2005, mais il s’agissait d’une variante humoristique du mot truthfulness attestée depuis le début du XIXe siècle.”


En revanche, selon l’Oxford English Dictionary et le Century Dictionary, publiés avant 2005, ce mot était “rare ou dialectical, et synonyme de truthfulness, faithfulness.” En d’autres termes, truthiness signifiait alors authenticité.


Ben Zimmer ajoute :


“Indépendamment de ces sens antérieurs, le mot truthiness dans sa nouvelle acception satirique a plu à de nombreux membres de la wordinista (1).


“L’influence durable du mot truthiness s’est également révélée à l’Université de l’Indiana, où une équipe d’informaticiens a conçu un logiciel qui détecte la propagation d’information erronées de nature politique via Twitter. Le chef de projet, Filippo Menczer, s’est rappelé que, quand l’équipe se livrait à un remue-méninges pour baptiser cet outil de recherche, un de ses étudiants a proposé Truthy. Filippo Menczer a rapporté que tous avaient estimé que ce nom était parfait. Des collaborateurs s’emploient maintenant à séparer les messages politiques fiables de Twitter de ceux qui sont simplement truthy.”


Le mot truthiness figure maintenant dans l’Oxford Dictionary, qui le tient pour acceptable et accepté, et attribue son acception nouvelle à Stephen Colbert.


                                                Jonathan Goldberg


(1)          “... et cela nous amène au mot dont il sera question ce soir : truthiness.

Je suis persuadé que certains éléments de la « wordinista » (Police du langage), les lexicographes de Webster, vont dire : « Ce mot n’existe pas. » Mais tous ceux qui me connaissent savent que je n’aime pas beaucoup les dictionnaires et autres ouvrages de référence. Ils sont élitistes. Ils s’obstinent à vous dire ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. De quel droit l’encyclopédie Britannica me dit-elle que le canal de Panama a été achevé en 1914 ? Si je veux affirmer que c’est en 1941, c’est mon droit. Je ne me fie pas aux livres. Ils présentent des faits secs, sans la moindre émotion. »

1 commentaire:

  1. C'est marrant, je viens de faire une traduction où il y avait ce mot entre guillemets en français, et c'était la première fois que j'avais entendu ce mot.

    RépondreSupprimer