mercredi 24 août 2011

Bon vieux dictionnaire ?


Tôt ou tard, notre bon vieux dictionnaire cesse d’être à jour. Faut-il alors acheter l’édition la plus récente du même ? S’il vous inspire confiance, c’est sans doute parce que ses lexicographes ont fait un travail soigné il y a quelques décennies. On peut espérer qu’une bonne équipe l’a mis à jour.

Prenons The Collins English Dictionary et comparons les éditions 1986 et 2010. Le sens d’un mot tel que caucus  a dû évoluer. Effectivement, les définitions de plusieurs des six sens retenus ont changé. Par ailleurs, ce dictionnaire reprend maintenant les mots geek et nerd. Plus généralement, j’ai acheté cette édition il y a un mois et j’en suis satisfait. On est passé de 1771 pages à 1899 pages. En outre, il est vendu sur Amazon UK au prix incroyable de 17,50 livres. Il faut certes ajouter les frais de port quand on réside sur le continent, si bien  que cet ouvrage m’a coûté en fin de compte 21,98 livres, ce qui est très avantageux. Il coûte 40,26 € sur Amazon France et je l’ai vu à 50 € à la FNAC.

La question qui se pose est cependant celle-ci : ces dictionnaires qui s’enorgueillissent d’une longue tradition ne sont-ils pas irrémédiablement dépassés. Ne se contente-t-on pas de les dépoussiérer ? Le sens des mots évolue de façon imperceptible et, si une entrée paraît irréprochable, un dictionnaire entièrement nouveau ne la présenterait-il pas de façon sensiblement différente ? Ne faut-il pas faire table rase du passé et concevoir un outil neuf ?

Pas nécessairement. C’est ainsi que je conserve précieusement les éditions 1987, 1995 et 2006 du Collins COBUILD Advanced Learner’s English Dictionary, car j’ai remarqué que les exemples présentés étaient renouvelés d’une édition à l’autre. C’est ce que confirme le mot caucus. En outre, la définition de ce mot a évolué de 1987 à 1995. Ce qui est moins positif, c’est que ce dictionnaire n’offre qu’une seule définition, forcément vague, de ce mot. 

Le principal intérêt de ce dictionnaire réside dans son traitement de mots plus généraux, tels que caution (substantif et verbe), pour lequel le Collins English Dictionary distingue huit sens, mais ne donne que trois courts exemples. En revanche, le COBUID retient six sens et offre dix exemples bien développés. En outre, ce dictionnaire ne donne pas des définitions formelles, qui exigent souvent qu’on connaisse déjà à peu près le sens du mot pour pouvoir comprendre la définition, mais des définitions concrètes, du genre « If someone who has broken the law is cautioned by the police, they are warned that if they break the law again official action will be taken against them. »

Pour qui estime devoir acheter un dictionnaire relativement récent, j’en signale deux, qui me semblent excellents, même si le second est nettement moins complet que le premier : Encarta World English Dictionary (1999) et MacMillan English Dictionary for Advanced Learners (2002). J’ai indiqué entre parenthèses la date de la première édition.

1 commentaire:

  1. Je garde précieusement mon dictionnaire Harraps (français>anglais et anglais>français) qui date de 1934. Il prend de la place dans mon bibliothèque, mais de temps en temps j'y trouve la traduction de certains mots un peu désuets que je ne trouve nulle part ailleurs - même pas en ligne!

    RépondreSupprimer