mercredi 2 février 2011

Parole [français]

Le présent billet est la traduction en français, établie par Jean Leclercq, d’un article écrit par Jonathan Goldberg et publié il y a quelques jours sur ce blog. Je les remercie tous les deux.

Le mot français parole vient du français moyen, lequel dérive du bas latin parabola, signifiant expression.

En français, parole est souvent utilisé au sens strict du terme, ex.: perdre la parole, prendre la parole, une parole blessante, etc. (au pluriel, les paroles sont le texte d'une chanson). Mais, parole  sert également à suggérer une promesse faite ou une affirmation énoncée par un individu sur laquelle d'autres pourront ou non compter.

En anglais, le terme « word » est souvent utilisé dans le sens d'expression écrite ou parlée, par exemple: The book contained many unintelligible words; he uttered only one word. Mais « word » peut être employé dans le sens particulier d'une promesse ou d'une affirmation et, dans ces cas, l'équivalent français est souvent parole, ainsi qu'en témoignent les expressions suivantes:

he gave me his word
to break one's word
to hold somebody to his/her word
 a woman of her word
to take somebody 's word for it
to doubt somebody's word
take my word for it!
to go back on one's word
to be as good as one's word
il m'a donné sa parole
ne pas tenir parole
obliger quelqu’un à tenir parole
une femme de parole
croire quelqu’un sur parole
douter des paroles de quelqu’un
crois-moi!
revenir sur sa promesse
tenir parole

Bref, parole et « word » ont l'un et l'autre un sens général, ainsi que le sens particulier d'une promesse faite ou d'une affirmation énoncée, comme dans les neuf expressions précitées.

Dans ce sens particulier, le terme parole est entré dans la langue anglaise pour désigner  initialement « une promesse s'accompagnant ou non d'un engagement sur l'honneur;  plus spécialement: la promesse d'un prisonnier de guerre de satisfaire à certaines conditions en échange de sa libération. » (Merriam Webster Online Dictionary). Par une convention de libération conditionnelle, un P.G. s'engage envers ses gardiens à respecter  certaines obligations déterminées (ex.: ne pas porter d'armes, ne pas s'évader) en échange de faveurs particulières telles qu'une remise en liberté ou un allègement de la captivité. 

Ce néologisme anglais dérive du français parole d'honneur. Par la suite, il s'est appliqué de façon analogue aux détenus, étant alors entendu dans le sens d'une « libération conditionnelle d'un prisonnier purgeant une peine de durée indéterminée ou inachevée. » (MW) Nous parlons désormais en anglais d'un prisonnier « on parole » (en liberté conditionnelle) dès lors qu'un « parole board » (comité de libération conditionnelle) a décidé d'une libération anticipée. Nul n'étant prophète en son pays, le français n'utilise pas le terme parole!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire