samedi 5 juin 2010

Cow-boys et Indiens

Le présent billet a été rédigé par Jonathan Goldberg et traduit en français par René Meertens. La version anglaise a été publiée il y a quelques jours.

Dans l'Ouest américain, la tâche des cow-boys consistait à veiller sur le bétail dans des zones de pâturage non clôturées. Ils devaient l'empêcher de se disperser et le mener vers d'autres herbages.

Lorsque les éleveurs se mirent à confiner leurs bêtes dans des enclos ("fence in"), on eut moins besoin de cow-boys. Pour ces derniers, ce fut la fin de leur existence dans les vastes étendues et il est normal qu'il ne leur plaisait pas d'être privés de leur liberté de mouvement ("to be fenced in”).

Depuis les années 1920, les westerns célèbrent la rude existence des cow-boys. Ces films relatent souvent la lutte qui opposait les cow-boys et les autochtones (appelés “Indiens”), en recourant à des stéréotypes réducteurs. De nos jours encore, quand il est question des cow-boys et des Indiens, il faut comprendre “les bons et les méchants”.

Roy Rogers (1911-1988) fut un chanteur et acteur américain légendaire surnommé "le cow-boy chantant". En 1944, il sortit une chanson qui devint célèbre et fut reprise par d'autres chanteurs de cette époque : Don’t Fence Me In (Laisse-moi ma liberté).

http://www.youtube.com/watch?v=e3ebEEe8VEw

Les paroles expriment la volonté de ne pas être privé de sa liberté.


Le vidéoclip suivant présente une version humoristque de Don’t Fence Me In, chantée par Dean Martin et Mireille Mathieu en anglais et en français:

http://www.youtube.com/watch?v=tmh3v8TPyn4

Note linguistique

Le mot “fence” a des significations qui varient selon le contexte. Le substantif désigne une clôture, mais aussi un receleur. "Fencing" est un sport, l'escrime, mais également un matériau pour clôture. Un "fencer" est un escrimeur. "To fence with a sword or sabre" signifie tirer à l’épée ou au sabre. "To fence off" a généralement le sens de séparer un terrain des terres avoisinantes par une clôture. Une "sunken fence" (saut-de-loup), entoure un jardin ; son sommet se situe au même niveau que ce jardin et est bordé d'une tranchée. Appelé aussi "ha-ha" (http://fr.wikipedia.org/wiki/Ha-ha) (1), tant en français qu'en anglais, le saut-de-loup empêche le passage des moutons et des bovins, sans obstruer la vue. Le mot "ha-ha" est d'origine française (World Wide Words).

L'American Heritage® Dictionary of the English Language, Fourth Edition présente les définitions suivantes :

Fence:

Nom :
1. Dispositif servant d'enclos, de barrière ou de limite, généralement constitué de pieux reliés par des planches ou du fil de fer.
2. Escrime.
3. a. Personne qui reçoit et vend des biens volés.
b. Lieu où des biens volés sont déposés et vendus.

Verbe transitif :
1. Entourer d'une clôture.
2. Séparer ou fermer au moyen d'une clôture.
3. Vendre (des biens volés) à un receleur.

Verbe intransitif :
1. Pratiquer l'escrime.
2. Utiliser une tactique qui rappelle les attaques et les parades de l'escrime.
3. Eviter de donner une réponse directe ; éluder la question.
4. Se rendre coupable de recel.

Plusieurs expressions idiomatiques contiennent le mot "fence" ;

- To mend fences – rétablir de bonnes relations ; se réconcilier (après un désaccord)

- To sit on the fence – ménager la chèvre et le chou

De même, des proverbes contiennent ce mot :

- Good fences make good neighbors (proverbe du XVIIe siècle, mais rendu célèbre par le poème “Mending Wall” de Robert Frost) : une bonne clôture garantit de bonnes relations de voisinage.

- Do not protect yourself by a fence, but rather by your friends (proverbe polonais) : des amis vous protègent mieux qu'une clôture.

- The grass is always greener on the other side of the fence : l'herbe est toujours plus verte de l'autre côté de la clôture.

- Il ne faut pas qu'une clôture ait plus de valeur ou d'importance que ce qu'elle protège (proverbe hébreu).

(1) Ha Ha (1712) : élément de jardin conçu au XVIIIe siècle, qui consiste en une tranchée dont une face interne verticale est un mur de soutènement et l'autre face est en pente et gazonnée. Il donne au propriétaire une vue continue. Ce mot provient du mot français "ha-ha", qui désigne une tranchée située derrière une ouverture pratiquée dans un mur à la base d'une allée. Selon des étymologistes français, la syllabe "ha" est une exclamation de surprise – à moins qu'elle n'exprime la peur.

http://www.askoxford.com/worldofwords/wordfrom/garden/

mercredi 2 juin 2010

Money, money, money (français)

La version anglaise du présent billet de Jacquie Bridonneau a été publiée il y a quelques jours.

Que vous étiez né ou non lorsqu'Abba chantait cette chanson, vous avez probablement dansé sur son rythme.

Money, money, money
Must be funny
In the rich man's world
Money, money, money
Always sunny
In the rich man's world
Aha-ahaaa
All the things I could do
If I had a little money
It's a rich man's world”.

A propos d'argent, en Europe, on utilise l'euro et aux Etats-Unis le dollar : le nom de la monnaie varie d'un pays à l'autre. Aujourd'hui, nous examinerons l'euro et le dollar, et l'origine de la dénomination de ces monnaies.

L'euro est une monnaie très récente. Le 1er janvier 1999, elle il est devenue une monnaie virtuelle, avant de commencer à circuler en tant que monnaie officielle de 12 pays européens (Allemagne, France, Italie, Espagne, Portugal, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Autriche, Grèce et Irlande). En conséquence, le schilling autrichien, le franc belge, le markka finlandais, le franc français, le mark allemand, la drachme grecque, la lire italienne, la livre irlandaise, le franc luxembourgeois, le florin néerlandais, l'escudo portugais et la peseta espagnole ont tous été remplacés par l'euro, avec plus ou moins de difficulté.

Comme un grand nombre de langues sont parlées dans ces pays, qui a décidé du nom de la monnaie commune ? Initialement, l'Institut monétaire européen, créé en 1994, utilisait l'abréviation ECU (European Currency Unit ou unité monétaire européenne) pour désigner la future monnaie. Il se fait que le mot “écu” désignait les pièces d'or ou d'argent qui commencèrent à être utilisées sous le règne de Louis IX, en 1266, de sorte qu'il s'agissait d'une appellation facile à retenir pour les Français, lorsque ceux-ci apprirent qu'ils devraient renoncer à leur cher franc français. Cependant, lors d'une réunion qui se tint à Madrid en 1995, il fallut décider non seulement de la date officielle de lancement de la nouvelle monnaie européenne, mais aussi de son nom. Les Allemands préconisèrent "Euromark", les Français "eurofranc" et les Anglais "Europound", et l'on se mit finalement d'accord sur la proposition néerlandaise : "Si nous utilisions les quatre premières lettres ?" C'est ainsi que l'euro fut officiellement baptisé.


Qu'en est-il du dollar ? Les Etats-Unis sont un pays relativement jeune, par comparaison avec l'Europe. La plupart des premiers colons européens partirent d'Angleterre, où la monnaie officielle était la livre. Pourquoi ne pas appeler la monnaie américaine "livre américaine" par exemple ?

Le mot “dollar” est beaucoup plus ancien que la monnaie des Etats-Unis et provient du mot “thaler”, qui désignait des pièces de monnaie frappées à partir de 1519. Celles-ci étaient en argent extrait d'une mine située à Joachimsthal, ville de Bohême. Les pesos espagnols et les pièces portugaises de huit réals (les anglophones connaissent bien les “pieces of eight”, dont il était question dans les histoires de pirates) étaient à cette époque aussi appelés "dollars", car ils avaient un poids, un aspect et une valeur similaires. Ces deux pièces circulaient dans les colonies britanniques d'Amérique du Nord, en raison d'une pénurie de monnaie britannique. Les perles de wampum étaient aussi utilisées comme monnaie, en particulier dans la zone septentrionale, de même que le tabac ou les certificats de tabac conservé dans des entrepôts de Virginie. Des monnaies étrangères circulaient également. En 1792, les Etats-Unis, dont l'indépendance était récente, choisirent le dollar, divisé en 100 cents, comme monnaie officielle.


Le dollar est aujourd'hui le nom des monnaies utilisées dans de nombreux autres pays, tels que le Canada, le Zimbabwe, l'Australie, Hongkong, Singapore et la Nouvelle-Zélande.