En vedette

mardi 17 août 2010

John Gillespie Magee, Jr. 1922-1944 & Antoine de Saint-Exupéry 1900-1944 [français]

Le présent billet est la version française d'un article rédigé en anglais par Jonathan Goldberg et publié précédemment sur ce blog.




L'Américain John Magee et le Français Antoine de Saint-Exupéry étaient tous deux pilotes. L'un et l'autre se tuèrent en avion en 1944 et ont laissé leur marque dans la littérature, John Magee grâce à son poème High Flight et Saint-Exupéry en écrivant Le Petit Prince.

John Magee pilotait un Spitfire pour la Force aérienne du Canada lorsqu'il fut tué en vol au-dessus de l'Angleterre à l'âge de 19 ans, trois mois après avoir écrit High Flight.

Saint-Exupéry a écrit des livres dans lesquels il relate des aventures liées à l'aviation, mais il est surtout l'auteur du Petit Prince, traduit dans plus de 190 langues. Il s'engagea dans l'armée de l’air française et rejoignit plus tard les Forces françaises libres. Son avion disparut alors qu'il survolait la Méditerranée en juillet 1944, un an après la rédaction du Petit Prince.

Saint-Exupéry est un auteur mythique dans la littérature pour les enfants, tandis que Magee n'écrivit aucune autre oeuvre littéraire. Cependant, High Flight jouit d'une popularité immense dans le monde de l'aviation. En 1971, James Irwin, pilote du module lunaire d'Apollo 15 transporta le poème High Flight jusqu'à la Lune. Le Président Ronald Reagan lut des vers de ce poème après la mort des sept astronautes qui se trouvaient à bord de la navette spatiale Challenger lorsque celle-ci explosa en vol en 1986. Quand Alan Shepard, le premier astronaute américain, mourut en 1998, High Flight fut cité dans de nombreux hommages qui lui furent rendus.

High Flight :

Oh! I have slipped the surly bonds of Earth
And danced the skies on laughter-silvered wings;
Sunward I’ve climbed, and joined the tumbling mirth
of sun-split clouds,
— and done a hundred things
You have not dreamed of
—wheeled and soared and swung
High in the sunlit silence. Hov’ring there,
I’ve chased the shouting wind along, and flung
My eager craft through footless halls of air....
Up, up the long, delirious, burning blue
I’ve topped the wind-swept heights with easy grace
Where never lark nor even eagle flew—
And, while with silent lifting mind I’ve trod
The high untrespassed sanctity of space,
Put out my hand, and touched the face of God.

[Traduction]

Je me suis libéré des emprises de la terre,
pour danser dans le ciel,
sur des ailes argentées d’un grand ris.
Je suis allé vers le soleil,
j’ai rejoint les cascades chaotiques de nuages tranchés de lumière.
Et là,
j’ai vécu des moments dont vous n’avez jamais rêvé !
Voler, Planer, Balancer si haut dans le Silence solaire…
Suspendu, j’ai pourchassé le vent hurlant,
et lancé mon vaisseau au travers de fabuleuses cavernes,
pleines d’un air raffiné.
Haut, plus haut, au long d’un délire de Bleu brûlant,
j’ai survolé les sommets balayés de vent,
dans une sérénité que nul aigle, nulles alouettes,
n’ont jamais vécu.
Puis,
alors que mon esprit silencieux s’élevait,
au travers du sanctuaire inviolé de l’Espace …
j’ai sorti une main… et caressé le visage de Dieu.

Dans cette vidéo, le poème High Flight est chanté par John Denver, qui se tua lorsque l'avion qu'il pilotait s'écrasa.

http://www.youtube.com/watch?v=ZYCNeEj-vR4&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=9SXIHuBAAsw&feature=related

"Nous pouvons dormir tranquilles parce que, la nuit, des hommes bourrus sont prêts à s'en prendre à ceux qui nous veulent du mal." George Orwell

Pour découvrir d'autres écrits sur la guerre, voir http://iwvpa.net/


John Magee: le pilote poète



Le Petit Prince

disponible chez Amazon.fr et Amazon.com

LE PETIT PRINCE

« A LÉON WERTH

Je demande pardon aux enfants d’avoir dédié ce livre à une grande personne. J’ai une excuse sérieuse: cette grande personne est le meilleur ami que j’ai au monde. J’ai une autre excuse: cette grande personne peut tout comprendre, même les livres pour enfants. J’ai une troisième excuse: cette grande personne habite la France où elle a faim et froid. Elle a bien besoin d’être consolée. Si toutes ces excuses ne suffisent pas, je veux bien dédier ce livre à l’enfant qu’a été autrefois cette grande personne. Toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants. (Mais peu d’entre elles s’en souviennent.) Je corrige donc ma dédicace:

A LÉON WERTH

QUAND IL ÉTAIT PETIT GARÇON »

SUITE : http://www3.sympatico.ca/gaston.ringuelet/lepetitprince/chapitre01.html

1 commentaire:

  1. les poètes nous manquent qui sont aussi des philosophes
    merci pour ce site.

    RépondreSupprimer